Déontologie et Honoraires

« Je jure, comme Avocat, d’exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité ».

L’Avocat est un professionnel du droit justifiant d’au moins 5 années d’études supérieures.
Il exerce en toute indépendance une profession libérale réglementée.

Soumis à un code de déontologie, l’Avocat est astreint au secret professionnel et au devoir de confidentialité.

C’est cette totale indépendance et l’inviolabilité de ce secret professionnel qui assure au justiciable la garantie d’une assistance et d’une défense de qualité, dans une relation de confiance indispensable.

C’est la raison pour laquelle l’Avocat, Auxiliaire de justice, est seul habilité à assister ou représenter ses clients devant toutes les juridictions.

La confidentialité des échanges entre Avocats permet également de privilégier, chaque fois que cela est possible, les démarches amiables et pourparlers qui permettront de trouver une issue rapide et négociée préservant les droits du justiciable.

Ne pas se fier aux idées reçues et aborder la question des honoraires.

L’avocat exerce une profession libérale. Ses honoraires sont donc libres et peuvent faire l’objet d’une convention avec son client.

Au forfait, pour les procédures les plus simples, ou au temps passé pour les dossiers les plus complexes, l’Avocat fixera avec vous, dès vos premiers échanges, ses modalités d’intervention afin que le montant de ses honoraires soit défini de la manière la plus précise possible.

En fonction de sa durée, votre premier entretien pourra être facturé entre 60 € et 120 € hors taxe.

C’est lors de cet entretien que vous pourrez évoquer avec l’Avocat le coût prévisible de la procédure que vous souhaitez lui confier.

Dans tous les cas, les règlements se feront au moyen de factures provisionnelles qui réduiront d’autant votre effort financier. A noter que les frais de justice (actes d’huissiers, frais d’expertise et de greffe….) viennent en sus de l’honoraire proprement dit et peuvent également être récupérés sur la partie qui succombe au procès.

Enfin, si vous entendez solliciter le bénéfice de l’aide juridictionnelle, il vous appartient d’en informer immédiatement l’Avocat, afin de vous assurer de son accord préalable.